BlogÉducation Financière

Investir avec un petit salaire : c’est possible

Aujourd’hui j’ai le plaisir de publier cet article du Petit Actionnaire qui nous partage son expérience ainsi que sa situation concernant l’investissement avec un petit salaire. Vous allez découvrir qu’il n’est pas nécessaire de gagner beaucoup d’argent pour commencer à faire fructifier votre épargne, cela va sans doute vous motiver à changer votre vie plus rapidement que prévue.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Investir avec un petit salaire : c’est possible !

Vous pensez probablement que seuls les ” riches ” sont en mesure d’investir ?

Avec vos petits revenus, c’est à peine si vous parvenez à épargner tous les mois. Comment pourriez-vous, dès lors, vous lancer dans des investissements ? Comment serait-il possible de dégager suffisamment de surplus financier ? Et si tout ceci n’était qu’une question d’éducation financière ?

Tout d’abord, et si je me présentais..

Mon pseudonyme est le Petit Actionnaire. Je développe le site éponyme, lequel s’organise autour de deux axes :

l’éducation financière et l’investissement boursier dans les dividendes.

C’est à ces titres que je vous propose cet article aujourd’hui. J’en profite d’ailleurs pour remercier Michaël de m’avoir proposé d’intervenir sur ce sujet qui me tient grandement à coeur.

Sachez tout d’abord que j’ai une bonne situation financière. Celle-ci me permet d’épargner chaque mois, et même d’investir. Je peux même vous dire que ma situation financière est bien meilleure que nombre de français.

Pourtant, et cela va certainement vous étonner, les revenus de mon ménage nous placent, Madame et moi, en plein dans la classe populaire..

Tous deux fonctionnaires de catégorie C ( en bas de l’échelle pour ma compagne, et à peine plus haut pour moi ) nous ne gagnons à nous deux que 2,5k€ nets par mois. Soit l’équivalent d’un SMIC chacun.

Malgré tout, chaque mois, je dégage un surplus financier me permettant d’acheter des actions de société versant des dividendes. C’est ainsi que je me crée un petit patrimoine.

Au jour d’aujourd’hui, mes dividendes me rapportent près de 1k€ bruts par an. Ce n’est pas exceptionnel, mais chaque mois la ” boule de neige ” grossi de plus en plus.

Tout ceci, je ne le dois qu’à une gestion budgétaire / financière de qualité. Il n’y a pas de méthode miracle.

Je suis, en outre, l’auteur du guide de l’éducation financière. Il s’agit d’un petit ouvrage qui permet de découvrir de nouvelles approches de gestion des finances personnelles. Il guide au quotidien et donne les clés afin de mettre en place des objectifs réalistes et atteignables.

Maintenant que je me suis présenté, nous pouvons passer aux choses sérieuses..

1 – Comment dégager un capacité d’investissement avec de petits revenus ?

Il convient, tout d’abord, de prendre conscience que la capacité à réaliser des investissements ne dépend pas des revenus.

Bien sûr, plus ceux-ci sont élevés, plus la marge de manoeuvre est importante. C’est une évidence. Pour autant, un foyer vivant avec deux SMIC et sachant gérer ses finances sera bien plus ” aisé “ qu’un foyer gagnant quatre fois plus mais ne sachant pas gérer son argent.

Voici donc les principales règles de gestion à appliquer afin de conserver une capacité d’investissement.

a) Ne pas vivre au dessus de ses moyens financiers

Il convient d’adapter son niveau de vie à ses moyens financiers. C’est à dire qu’il ne faut pas dépenser plus d’argent que ce que l’on gagne.

Cela peut paraître logique..

Pourtant, bien que ce soit le b.a ba, nombreux sont ceux qui l’oublient trop souvent. L’idéal, pour se prévenir de tout dérapage financier, est de réaliser, chaque mois, un budget prévisionnel. Que ce soit sur papier ou sur un tableur, cela permet d’avoir une idée assez précise de ses dépenses à venir.

Ne pas vivre au dessus de ses moyens passe également par le fait d’adapter ses dépenses. Payer 1,2k€ de loyer / remboursement(s) de crédit(s) mensuel avec des revenus à peine deux supérieurs ( deux SMIC ) est une aberration totale. Le logement, que vous soyez locataires ou proprietaires, ne doit jamais representer plus d’un tiers des revenus du foyer.

De même, il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le porte-monnaie ( ou que le compte en banque ). Notre société moderne offre de nombreuses tentations en tous genres. Si vivre ” au temps des cavernes ” n’est pas une solution, acheter un téléphone coûtant un SMIC n’en est as une non plus si votre but est de gagner plus d’argent.

Il est tôt à fait possible d’être ” à la page ” sans pour autant dépenser des milles et des cents.

Il faut faire attention aux achats compulsifs qui ne sont pas forcément utiles et bénéfiques pour votre situation financière actuelle. Essayez d’équilibrer votre budget en fonction de vos revenus sans pour autant vous mettre la corde au cou.

2 – Faire la chasse aux dépenses trop élevées

Forfait(s) mobile(s), abonnement internet, factures d’eau et d’électricité.. nombreux sont les postes de dépenses aujourd’hui indispensables et obligatoires.

Pourtant, il est tout à fait possible de réduire celles-ci, sans effort particulier et surtout sans toucher à sa qualité de vie.

a) Abonnement internet

Il faut compter entre 30 et 40€ minimum pour un abonnement ” triple play “. De nos jours, il est difficile de se passer d’internet.

En optant pour un simple abonnement ” double play ” ( internet + téléphone ) il est néanmoins possible de payer bien moins que trente euros par mois. 

Posez-vous la question : avez-vous vraiment besoin de disposer de plusieurs dizaines de chaînes de télé ?

Mais, et c’est encore loin d’être entre dans les mœurs, il est aussi possible de se passer totalement d’un abonnement intérêt fixe ! Mais à deux conditions.. 

1) que vous n’ayez pas besoin de la télé par internet ou que vous ne l’utilisez pas spécialement voire même jamais et 2) que le réseau mobile os permette un accès 4G à votre domicile.

Dans ce cas, n’utilisez plus que votre abonnement mobile afin d’accéder à internet depuis votre domicile.

Vous économiserez alors plusieurs dizaines d’euros par mois.

b) Forfait mobile

Combien payez-vous votre forfait mobile ?  Et quelles sont les offres comprises au sein de votre forfait actuel ? Avez-vous regardé les tarifs des autres opérateurs ?

Faites jouer la concurrence 

Sachez que pour une vingtaine d’euros maximum, les principaux opérateurs mobiles français proposent des forfaits avec appels et SMS illimités avec un réseau de qualité.

S’y ajoutent plusieurs dizaines de Go de données mobiles, de quoi convenir à la très grande majorité des français. Aussi, si vous payez votre forfait mobile plus de 20€ /mois, pensez à faire des économies.

Et encore.. de façon très régulière les opérateurs proposent des offres promotionnelles plusieurs fois dans l’année. Y souscrire sera source d’encore plus d’économies. Les forfaits ” illimités ” étant souvent proposés, dans ce type d’offres, à une douzaine d’euros maximum.

Pour ma part, mon forfait mobile appels et SMS Illimités + 20Go d’internet mobile me revient à seulement 4,99€ /par mois, un prix imbattable pour un résultat identique à la concurrence.

Une énorme source d’économie et une capacité d’investissement forcément accrue.

c) Eau et électricité

  • Électricité – Outre le fait de ne pas laisser tourner inutilement des appareils électriques, pensez à éteindre les lumières lorsque vos quittez une pièce. De plus, n’hésitez pas à remplacer vos ampoules ( filament et/ou ” basse consommation ” ) par des LED. Elles consomment beaucoup moins et ont une durée de vie très largement supérieure.
  • Eau – N’hésitez pas à équiper vos robinets d’embouts ” réducteurs de pression “. Cela vous permettra de consommer beaucoup moins d’eau pour vos utilisations du quotidien. Vous pouvez également placer des contenants ( 0,5 litre ou 1 litre ) dans le bac des toilettes. Économies garanties.

Tous ces exemples peuvent laisser penser qu’il s’agit de réaliser des économies de bouts de chandelle. Mais au final, quelques euros d’un côté et de l’autre permettent d’économiser, chaque mois, plusieurs dizaines d’euros.

Il n’y a pas de quoi devenir riche, mais suffisant pour épargner ou investir plus. Sachez que la base avant de gagner plus d’argent, c’est une bonne gestion de vos finances personnelles dès le départ.

3 – Se payer en priorité

L’une des principales erreurs à être faite est de n’épargner que ce qui reste ( s’il reste quelque chose ) sur le compte courant à la fin du mois. Cette pratique est à bannir de toute urgence.

Il faut directement se payer en premier.

L’épargne ( et il est en de même pour l’investissement ) doit être réalisée en tout début de mois ! Dès lors que vous avez reçu votre source de revenues, il faut mettre de coté une somme prédéfinie de manière automatique, même un faible montant.

Cette discipline va vous habituer à épargner même avec de petits revenus, cela va devenir un automatisme et naturellement améliorer votre sécurité financière sur le long terme.

À titre personnel j’effectue plusieurs virements ” d’épargne ” aussitôt les payes sur nos comptes à Madame et à moi, voici un aperçu en détails ci-dessous :

  • 262€ ( montant fixe ) pour l’eau, l’électricité, les différentes taxes et impôts ( foncière, ordures ménagères.. ).
  • 500 à 600€ ( montant variable ) pour ce que j’appelle ” dépenses anticipées “, à savoir un peu d’épargne pure, une provision pour changer de voiture, une provision pour les cadeaux de l’année à venir ( Noël, anniversaires.. ), de quoi faire face à de petits imprévus ponctuels.
  • 300 à 400€ ( montant variable ) pour réaliser des investissements boursiers.

C’est ainsi que chaque fin de mois, lorsque les revenus arrivent, avant même d’avoir payé quoi que ce soit, près de la moitié de nos revenus sont mis de coté.

Je détaille tout cela, chiffres à l’appui, dans un article publié sur mon propre site.

4 – Se lancer dans l’investissement boursier

Avant toutes choses, quelques règles de base sont à comprendre et surtout à connaître en matière d’investissement.

Leur respect est fondamental afin de se placer dans les meilleures conditions psychologiques possibles.  

  • Disposer, avant tout investissement, d’une épargne de secours équivalente à au moins 3 à 6 mois de revenus mensuels.
  • N’investissez que de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre, et que dont vous n’aurez pas besoin avant au moins cinq à sept ans.
  • Ne jamais investir dans quelque chose que vous ne comprenez pas.
  • Ne vous laissez pas éblouir par des ” investissements ” présentant de hauts rendements. Qui plus est lorsque ces ” hauts rendements ” sont soi-disant “garantis”. En matière d’investissements, plus le rendement possible est élevé, plus les risques encourus sont grands.
  • Avoir une vision long terme, les gains sur les marchés financiers sont une moyenne sur le long terme si vous souhaitez faire fructifier votre patrimoine efficacement.

À noter que si je n’évoque, dans cet article, que l’investissement que je maîtrise le mieux ( à savoir l’investissement boursier ), les règles ci-dessus s’appliquent à tous les types d’investissements ( en particulier l’immobilier ).

Une fois ces règles assimilées, prenez le temps de vous former en profondeur avant de vous lancer ” pour de vrai ” en tant qu’investisseur boursier. Il existe également des comptes de démonstration où vous pouvez vous familiariser avec l’achat et la vente d’actions sur les marchés financiers.

C’est une étape qui peut prendre du temps, mais qui permettra d’éviter de grosses déconvenues.

5 – N’escomptez pas devenir riches

Il faut être réaliste afin de ne pas risquer la désillusion. Si vous avez de petits revenus, vous pouvez tout à fait investir.

Investissements qui, s’ils sont bien réalisés, vous rapporteront de l’argent sur le long terme de manière efficace.

Néanmoins, gardez bien en tête que vous ne deviendrez jamais riches du jour au lendemain. Les gains réalisables ( hors spéculation ) sont en adéquation avec les sommes investies.

A titre personnel, pour environ 20k€ investis en bourse, je perçois un peu moins de 1k€ bruts par an de dividende. Soit un rendement d’un peu plus de 4%.

Bien sûr, il est possible de faire ” mieux “, mais avec beaucoup plus de risques et de capital investi..

Le Petit Actionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *